Un « Gosse » de chez nous


Pour comprendre les origines de mon amour passionnel pour le sport, j’ai du m’intéresser aux conditions et lieu de ma naissance. J’ai donc vu le jour le mardi 2 mai 1949, dans l’une des cités ouvrières du quartier Mieg, construites autour du « Tissage », d’un père footballeur à l’ASL et d’une mère basketteuse à la Saint-Colomban. Pour mon inclinaison sportive cela commençait bien, car de surcroît, mon oncle Jean Péquignot remportait le titre de Champion de Haute-Saône de « Ping-Pong », le 1er Mai 1949.


Me voilà donc « Du Tissage », le fief du Football Luxovien, dôté d’un « Vrai » terrain, puisqu’était mis à disposition l’ancienne pelouse, « Le pré » pour les riverains, du F.C.L., l’ancêtre de l’ASL, dôté d’authentiques buts en  « Bois carré », généreusement offerts par la scierie Genet, toute proche.


En 1963, j’ai enfin quatorze ans, l’âge requis pour « Signer » à l’ASL minimes sous les ordres de Georges Lalloz. Je jouerai jusqu’en 1971, terminant au sein de l’équipe réserve, évoluant alors en première Division de District. Hélas le don n’y était pas, pourtant je n’avais pas ménagé ma peine en jouant au « Foot » presque tous les jours depuis mon enfance.


Devenu père à mon tour, mes activités sportives sont en sommeil, pourtant quelques essais boules en mains, me laissent entrevoir quelques facilités pour ce jeu méditerranéen, en en 1973, je m’inscrit pour la première fois à un concours en présence des membres de la PSL. L’essai fut concluant puisque j’ai gagné ce tournoi, ouvrant la voie à une carrière me permettant d’en remporter cent cinquante autres et d’être dix fois champion de Haute-Saône et cinq fois vice-champion. En quarante sept ans, j’ai donc joué dans toute la France (sauf au Nord), et en Suisse.


Parallèlement, n’imaginant pas pratiquer sans être associé aux décisions, je m’engage dans diverses structures, club, département, région. Tout d’abord à la pétanque avec vingt sept années à la Présidence de la PSL, quatre ans au Comité Départemental et quatre ans à la Ligue et au Football, pendant treize ans à la direction de l’ASL.


La passion de Luxeuil les Bains et de  l’histoire sportive contemporaine


A quinze ans j’entre dans la vie professionnelle en qualité d’apprenti typographe, puis artisan imprimeur à vingt neuf ans. J’ai donc consacré mon existence à mettre en forme textes et images de mes clients, vouant une admiration sans borne aux auteurs de livres.

Ma passion pour le sport local et l’histoire contemporaine rendaient évident qu’un jour je rejoindrais cette « confrérie culturelle » en « racontant » ce que j’avais vu et vécu.


Mais pour écrire, il faut connaître et rencontrer les acteurs ayant fait l’histoire, de préférence possesseurs d’archives. Heureusement mon engagement associatif  m’a permis de cotoyer toutes les générations. Ainsi, j’avais, à travers tous ces amis, trouvé la matière pour rédiger différents livres.


J’ai débuté par l’histoire du football luxovien, créé en 1921. J’ai eu la chance, à mon arrivée à la direction du club, en 1994, de découvrir « un trésor » constitué par une multitude de photos et documents administratifs de toutes les époques. Restait à retrouver les pièces manquantes et retracer le cheminement des footballeurs locaux.


Pour rédiger sûrement, toutes ces histoires, j’ai mis au point une méthodologie rigoureuse : Visite aux archives départementales : Lecture des pages sportives de l’Est Républicain, Recherche des personnages cités, ou de leurs familles. Collecte d’anecdotes et de photos personnelles publiables. Puis rédaction, mise en pages, impression et vente.


Mon deuxième livre, intitulé : Histoire de la Pétanque Haut-Saônoise, fut le plus facile à rédiger, car je n’avais qu’à réactiver ma mémoire, formée par mes quarante sept années de présence sur les terrains. Tous « les trous de mémoire » étant comblés par mes ex-coéquipiers ou adversaires.


Mon troisième ouvrage, porte sur l’histoire complète de la Coupe de Haute Saône de Football, car à la tête de l’A.S. Luxeuil, j’ai eu la joie, en 2012, de reconquérir ce challenge, tant convoité, qui n’avait pas séjourné dans notre cité thermale depuis 1958.

Observant la liesse s’emparant des supporters luxoviens, j’ai cherché, auprès des autres clubs, à savoir si nous étions seuls à avoir vécu un tel moment de joie unique. Il s’est avéré que c’était la norme, et que les victoires dans cette compétition marquaient les heureux vainqueurs pour leur vie entière. Ma décision fut vite prise, je serai l’auteur d’une publication à verser au patrimoine départemental, et ferai de tous ces champions ruraux des « stars » pour l’éternité.


Aujourd’hui septuagénaire, encore président de la Pétanque Luxovienne, je m’attaque à un ouvrage très difficile, mais pour moi d’une importance capitale : L’histoire du Sport Luxovien, la plupart des familles de la cité thermale du siècle dernier sont là. Ici aussi je suis fier de rappeler le souvenir de ces hommes et femmes contribuant au rayonnement de mon cher Luxeuil où ma famille réside depuis ….  1750, dernière archive connue.


Faire partie de cette chaîne humaine et de la saga sportive, à travers le vingtième siècle, ne fut pas le moindre des plaisirs que j’ai eu la chance de vivre.

    Jean-Pierre Péquignot